En 2018, l’assurance-vie reste le placement préféré des Français

Cette année encore, l’assurance-vie continue de jouir d’un beau succès auprès des Français. En janvier, 54 millions de contrats ont été comptabilisés, pour un encours total de 1.685 milliards d’euros, soit environ 31.000 d’encours moyen. Pourquoi est-elle si populaire ? Deux explications principales :

Tout d’abord, l’assurance-vie est rassurante. Elle permet – pour faciliter son avenir et celui de ses proches – de faire fructifier des fonds sur le long terme pour financer sa retraite, un investissement, les études de ses enfants, mais aussi pour assurer une succession plus sereine.

Dans cette dernière situation, elle offre notamment la possibilité, en cas de décès, de transmettre ses biens à un bénéficiaire sans qu’il soit forcément un héritier au sens de la loi (conjoint non marié ou pacsé, enfants de familles recomposées, amis…). En effet, l’assurance-vie n’est pas régie par le code civil mais par le code des assurances. Il est toutefois à noter qu’il n’est pour autant pas possible de déshériter ses enfants ou son conjoint par ce biais. Il faudra ainsi prendre soin de ne pas dépasser les quotités disponibles dans le montant de sa succession pour le calcul de l’épargne allouée à son assurance-vie.

Le capital de l’assurance-vie pourra alors être perçu dans sa globalité ou sous la forme d’une rente.

Deuxième critère qui fait de l’assurance-vie un placement plébiscité : les avantages fiscaux qui l’accompagnent. En cas de succession par exemple, les versements effectués aux bénéficiaires sont exonérés d’impôt dans la limite de 152.500 € par bénéficiaire en cas de décès de l’assuré avant ses 70 ans. Après les 70 ans de l’épargnant, les plus-values de l’assurance-vie sont exonérées d’impôt, et le capital versé alors récupéré bénéficie de surcroît d’un abattement de 30.500 €.

Terminons par un exemple. Arthur et Nathalie, 30 ans, viennent d’avoir une petite fille. Soucieux de lui assurer une protection financière, ils se demandent rapidement comment assurer son avenir en cas de décès de l’un des deux parents. Avec un contrat d’assurance-vie sur lequel 5.000 € vont être placés, suivis d’un versement mensuel de 100 € sur 20 ans, le tout placé en actions, ils pourront espérer, à l’issue de cette période compter sur un capital d’environ 50.000 € acquis de manière indolore et progressive.

Si vous souhaitez vous aussi anticiper l’avenir de vos proches et leur assurer une protection face aux aléas de la vie, contactez-nous pour un accompagnement adapté à votre situation.

 

54 Millions de contrat d’Assurance-Vie

Le placement n°1 des Français est de loin l’assurance-vie avec 54 millions de contrats et 1.632 milliards d’euros d’encours soit une moyenne de 30.000 €.

Son aspect couteau suisse permet à chacun d’y trouver son compte : financement d’un projet immobilier futur, des études des enfants, de la retraite ou de la dépendance.

La largesse des supports d’investissements du plus sécurisé aux plus dynamiques permet de répondre à toutes les problématiques et profils d’investisseurs.

Ce véhicule d’investissement est à la fois idéal durant la phase d’épargne avec sa fiscalité avantageuse mais surtout en tant qu’instrument de transmission.