Attention aux arnaques !

Si les escroqueries ont toujours existé, la crise liée au COVID a généré une explosion de ces regrettables affaires. Si elles prennent désormais toutes les formes et parfois les plus douteuses elles se manifestent ainsi dans le domaine de l’investissement et des placements. Explications.


Un préjudice moyen considérable.

En effet, ces arnaques coutent cher. Très cher même : l’an dernier, la moyenne des escroqueries financière s’élevaient à 40 000€ par tête ! Des pertes considérables, qui sont bien souvent le résultat d’un engrenage irrévocable. Lorsque les mécanismes se mettent en marchent, il est très difficile pour la victime de s’extirper de l’arnaque qui se monte autour d’elle.
Et ces pièges, prennent plusieurs aspects, aussi bien dans le fond que dans la forme : les escrocs n’hésitent plus à usurper l’identité de professionnels voir même de grands groupes pour accrocher leurs victimes. En se faisant passer pour des acteurs connus, ils instaurent une certaine confiance. Efficace : l’Autorité des Marchés Financiers révèlent que l’an dernier, c’est pas moins de 560 noms usurpés qui ont été épinglé. De leur côté, les sites frauduleux ont doublé sur l’ensemble de 2020.


Des méthodes douteuses.

Autre façon de faire, scabreuse : contacter les familles de défunts pour faire croire à un contrat d’assurance vie souscrit précédemment. Une fois un virement pour débloquer les fonds effectué, l’arnaqueur disparait des radars.
De manière générale, il faut garder un élément essentiel en tête : il faut se méfier des trop belles promesses. Lorsque dans le cas d’un placement ou de la défiscalisation l’ensemble des paramètres semblent trop prometteurs, il est bon de se poser des questions. De se tourner vers un professionnel réputé. On parle ici d’investissements conséquents, de longue durée. Ainsi un produit trop prometteur qui défie ses conditions doit vous alerter !


Avoir les bons réflexes.

Ces arnaques ont pris un essor et continuent de se développer grâce à l’explosion du digital. Le premier conseil est donc de vous rapprocher d’un acteur du secteur que vous connaissez.  Le bouche à oreille, la recommandation, ou même plus simplement l’enseigne proche de chez vous, qui a pignon sur rue seront toujours des pistes à privilégier face aux arnaques qui fleurissent en ligne.
Dans le même ordre d’idée, n’hésitez pas à vérifier toutes les informations que vous obtiendrez sur la structure qui vous approche dans le cadre d’un tel investissement. Adresse, historique, avis client… autant d’éléments qui vous permettront de vous rassurer ou à l’inverse de vous tourner vers un professionnel à même de vous accompagner avec intelligence sur ces problématiques. Aussi, n’hésitez pas à consulter le Registre de l’Orias en cas de doute. Surtout, ne fournissez jamais d’informations personnelles en ligne.


Un partenaire pour vos projets.

Chez Argos – comme chez nos confrères rigoureux, nous avons une connaissance de notre milieu et de ses enjeux qui est entièrement tournée vers des investissements et des placements pertinents et prudents pour nos clients. Nous savons identifier et éviter les promesses trop belles. Surtout, notre expertise et notre rigueur sont les clés de notre approche et l’assurance de notre mission. Car nous sommes votre partenaire pour VOS placements. Votre satisfaction est notre souci principal !
Connaissance du marché, confiance dans nos partenaires, choix des prestataires, sélection des programmes et promoteurs, étude des propositions de chaque acteur bancaire, optimisation du dossier et conseil sur mesure pour chaque projet : nous sommes vigilants sur tous les points, alerte à toutes les étapes !

Pour éviter au maximum de se faire piéger il y a donc toute une série de bons réflexes à avoir. En premier lieu la nécessité de se méfier de ce qui semble trop beau. Toutes nos équipes seront ravis de répondre à toutes vos questions et vos doutes quant à un investissement ou un projet de placement afin de vous permettre d’envisager cela sous les meilleurs auspices.

Contactez-nous par mail ou par téléphone au 01 85 08 38 26.

Assouplissement des prêts immobiliers

En fin d’année, le gouvernement a annoncé que les prêts immobiliers allaient faire l’objet d’un assouplissement des conditions d’obtention. Dans un contexte si particulier, il est temps de s’interroger sur l’appel d’air que peut engendre une telle nouvelle.


Le principe.

Bercy a annoncé en décembre dernier que les conditions des crédits immobiliers allaient être assouplis, permettant donc a des profils plus divers d’accéder à l’achat et à l’investissement immobilier. Cette mesure, en plein contexte de covid et de tension économique a pour but de faciliter les démarches, notamment pour les primo accédants.

Cet assouplissement vient du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) qui préconisait de passer le taux d’endettement possible de 33 à 35%. Cette augmentation de 2 points indique donc que les revenus légèrement plus modestes peuvent envisager un achat et donc un prêt immobilier puisque leur endettement possible augmente.

Par ailleurs, la durée des prêts est amenée à passer de 25 à 27 ans pour le neuf (dont 2 ans de différé pendant la construction). Ces deux axes permettent donc de « démocratiser » l’emprunt dans le cadre d’un investissement immobilier en permettant d’investir un petit peu plus, pendant plus longtemps.

Ces recommandations s’inscrivent dans une logique où les secteurs de l’immobilier ainsi que celui de la construction réclamaient ces assouplissements. L’idée donc derrière ces nouvelles mesures est aussi de soutenir ces marchés.


L’exemple.

Prenons l’exemple, pour illustrer le changement, d’un couple dont les revenus cumulent à 4000€ nets par mois.
Pour un emprunt de 285 000€, le crédit permettait jusque là une mensualité de 1320€ pour un prêt sur 20 ans à 1,1%.
Avec le nouvel assouplissement, la capacité mensuelle passe donc pour un projet similaire, à 1400€, soit un emprunt de 301 500€. Comme expliqué précédemment, ces assouplissements permettent donc d’emprunter légèrement plus !

En revanche, pour les futurs emprunteurs, reste que les conditions et assouplissements ne permettent toujours pas d’intégrer dans le calcul le taux d’endettement par différentiel. En effet, le taux d’endettement locatif, qui est la mensualité déduite du loyer peut être un élément crucial au moment de monter un dossier de prêt immobilier.
Bien évidemment, ces assouplissements, qui sont donc réellement intéressants pour les futurs acquéreurs car permettant un accès plus important et aussi de monter des projets plus solides sur le long terme, ne doivent pas être vu comme des incitations au surendettement.

De la même manière, certains se sont questionné sur la place de l’assurance emprunteur qu’il faut prendre en compte dans le calcul et que certains ont indiqué comme étant un frein à ces assouplissements. De fait, l’assurance emprunteur est TOUJOURS à prendre en compte, et ces assouplissements ne modifient pas cet aspect. Par ailleurs, c’est aussi au moment de choisir sa banque (et donc celle qui souvent propose cette assurance) que tout peut se décider et qu’il peut être judicieux de faire jouer la concurrence pour inclure une assurance plus compétitive sans gonfler le taux d’endettement.

Ces assouplissements sont donc une réelle bouffée d’air frais pour des profils primo-accédants qui ne font pas partie des classes supérieures et qui auparavant se seraient vu refuser leur prêt. Désormais ils ont également leur chance de devenir propriétaires, c’est une bonne occasion pour eux. Face aux quelques questions qui subsistent, et aux bonnes stratégies à avoir pour commencer les démarches, nous sommes bien entendu à votre disposition pour vous accompagner dans ce tournant que peut représenter un investissement afin de calculer votre capacité d’achat. On en discute quand vous le désirez !

Des questions ? Vous souhaitez en savoir plus ? Nos équipes sont là pour vous ! Contactez-nous par mail ou par téléphone au 01 85 08 38 26.

La Carte T pour acheter dans le neuf avec Argos.

Le saviez-vous ? En passant par Argos lorsque vous entamez les démarches pour rechercher votre futur bien immobilier dans le neuf, nous disposons de la carte T, la carte indispensable pour vendre des biens. La carte T ? Kézako au juste ? Pourquoi acheter dans le neuf ? Et pourquoi passer par… nous ?
Toutes ces questions, on y répond tout de suite !


La carte T : l’outil indispensable chez Argos !

La carte T, c’est donc la carte qui permet à un professionnel de vendre un bien immobilier ; c’est un élément indispensable et qui sanctionne un cursus / une forme de connaissance / une expertise. 
Cette carte T (pour Transaction, voilà une question résolue !) est indispensable pour exercer ces métiers. La preuve ? Sans elle, la peine encourue est de 6 mois de prison et 7500 euros d’amende pour la pratique de la vente immobilière. Argos dispose de la Carte T : c’est donc l’assurance d’avoir affaire à un professionnel dans les clous pour vous accompagner sur cette étape de vie ! Mais passer par nos services, c’est aussi bien d’autres choses.

Quelques exemples ? Grâce à notre réseau et à notre connaissance du milieu et de ses réalités, nous vous faisons gagner du temps dès notre premier rendez-vous. Nous pouvons avoir accès à plus de 100 000 biens immobiliers. Dès lors, il n’y a plus qu’a choisir ensemble celui qui correspondra à vos critères et vos envies. C’est aussi un gain de temps quant au promoteur : un primo accédant comme un acheteur plus  expérimenté peut parfois manquer de réflexes et être moins vigilant sur certains points qui, par exemple, pourraient être lié à un promoteur ou un marchand de bien peu qualitatif. Notre connaissance et notre maîtrise sur ces questions sont autant de conseils que nous pouvons vous apporter pour faire un achat pérenne et sans entrave.

Ce dernier point est d’autant plus juste que nos équipes ne sont pas là pour vous aiguillez au début puis vous laisser gérer votre investissement sans vous accompagner sur l’ensemble des étapes ! Argos se positionne comme un partenaire de vos démarches et du premier contact jusqu’à la livraison en passant par la recherche de crédit et certaines démarches administratives nous vous assistons et conseillons. Le notaire ? Le contrat de réservation ?  On est là pour ça !


Acheter dans le neuf : une (bonne) piste de réflexion !

Maintenant, la question est de savoir pourquoi s’orienter vers le neuf est un choix qui peut être totalement pertinent. Et là, les arguments ne manquent pas pour bien prendre en compte ce choix !
Le premier élément, qui est à considérer dès les premiers temps de la réflexion, ce sont les frais de notaires. En effet, ceux ci sont moins importants dans le neuf que dans l’ancien, puisqu’on parle de respectivement 2 à 3% contre 7 à 8%. La différence n’est pas du tout négligeable ! Surtout que ces frais sont parfois/souvent exclus de l’emprunt ! Il faut donc disposer de cette somme en apport. Par exemple, pour un bien à 300 000 euros dans l’ancien, il faut donc idéalement avoir un apport pour gérer cette somme de 21 000 €. Pour la même valeur dans le neuf, la somme est aux alentours des 6000€. Voilà déjà de quoi faire réfléchir.

Un autre aspect, celui-ci plus empirique mais aussi plus de long terme, c’est « l’énergie » de votre futur bien. En effet, avec les lois, obligations et techniques les nouveaux bâtiments sont généralement mieux isolés phonétiquement et sur le plan thermique. Si cela peut dans un premier temps surtout évoquer un bénéfice de confort, cela peut surtout jouer sur vos dépenses et charges en tous genres !

Pour les primo accédants, un aspect intéressant dans l’investissement dans le neuf, c’est la possibilité d’un Prêt à Taux Zéro (PTZ). Ce PTZ, qui comprend plusieurs conditions, est avantageux et donc réservé a des profils qui ne sont pas encore propriétaires. Concrètement, le PTZ est un prêt sans intérêt afin de faciliter l’achat,  et qui prend en compte certaines limites de revenus. Attention, la zone géographique est cruciale ! 
A cela, s’ajoute enfin la possibilité de bénéficier d’une TVA réduite – également dans certains cas. En effet dans des zones qui demandent à être re-dynamiser au niveau de l’urbanisme, la TVA peut passer de 20 à 5,5%. Ici aussi, cela est conditionné notamment par les revenus et il faut, idéalement, conserver la destination du bien (résidence principale) jusqu’au bout.

Considérer un bien dans le neuf est donc une réelle réflexion qu’il faut mener pour se lancer car ses avantages sont nombreux. Et comme nous vous l’expliquions plus haut, toutes les équipes d’Argos sont là pour vous accompagner dans ces démarches afin de trouver votre futur chez vous ! 
N’hésitez pas à nous solliciter pour que l’on puisse ensemble commencer à réfléchir à votre projet.

Nos équipes sont là pour vous guider et répondre à toutes vos questions sur le sujet. Contactez-nous par mail ou par téléphone au 01 85 08 38 26.